Une dette, une plaie et le feu ne doivent pas s'éterniser. (Raphaëlle)


Partagez
 

 Une dette, une plaie et le feu ne doivent pas s'éterniser. (Raphaëlle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Une dette, une plaie et le feu ne doivent pas s'éterniser. (Raphaëlle) 17022201314711071514866910
David Styles
chef
Messages : 310

MessageSujet: Une dette, une plaie et le feu ne doivent pas s'éterniser. (Raphaëlle)   Une dette, une plaie et le feu ne doivent pas s'éterniser. (Raphaëlle) Clock10Mar 24 Juil - 13:53

Une dette, une plaie et le feu ne doivent pas s'éterniser.
Il n’y avait rien de mieux quand on était dans le monde des affaires, que d’avoir des affaires justement. Pour David, c’était simple, ça consistait en grande partie à brasser le plus d’argent possible de différente manière. Que ce soit en investissant des sommes pour des recherches bizarres proposées par un type louche, ou bien en distribuant de la drogue et des armes dans les rues de New-York. Ou même, tout simplement, en faisant fructifier le commerce légal qu’était la boite de nuit (qui ne manquait pas d’avoir quelque petite partie illégale tout de même, avec notamment la vente des corps de ces belles serveuses). Bref, David ne manquait pas d’affaire et concrètement, le jeune homme ne manquait pas d’argent non plus. Les choses marchaient plutôt bien, David n’avait pas vraiment de raison de se plaindre. En même temps, avec l’argent que lui apportait la belle héritière en prime, il n’y avait aucune raison qu’il ne soit pas satisfait et qu’il n’ait pas justement cette satisfaction du nombre conséquent d’argent.

Mais même s’il avait ce qu’il faut et qu’il n’avait pas vraiment de raison de se plaindre… eh bien, quand il lui manquait de l’argent qu’on lui devait, ça ne lui plaisait pas spécialement pour autant. Bien au contraire. Si on lui devait cet argent, alors c’était que ce dernier devait forcément se retrouver dans sa poche. C’était le souci qu’il avait avec une jeune femme en particulier. Bon, concrètement, les personnes devant de l’argent aux Death Demon étaient un peu nombreux quand même et la plupart du temps, il ne fallait pas grand-chose pour que David voit la couleur de ces billets. Il avait pour habitude de ne pas trop laisser les personnes se reposer sur leurs lauriers et donc d’envoyer rapidement ses hommes de main afin de faire quelque pression. Mais dans le cas de la personne qui nous intéresse aujourd’hui, c’était différent. C’était une jeune femme normale – à quelque petite chose près – qui n’avait pas eu une vie facile et qui s’était retrouvée quelque peu dépendante des médicaments contre la douleur. Plus que ce que son médecin ne pouvait lui prescrire et dans ces conditions, le petit commerce de David était forcément utile. Elle consommait donc, mais elle n’avait pas pris la peine de payer réellement ses dettes dernièrement, alors David avait quand même l’intention de lui mettre un peu la pression. Il ne traitait pas souvent les affaire lui-même, souvent il ne manquait pas de déléguer. Mais encore une fois, cette jeune femme était particulière et il préférait largement s’en occuper lui-même.

Ils avaient rendez-vous d’ailleurs, ce soir-là, dans la boite de nuit. Un salon un peu VIP, au premier abord, mais qui servait clairement à David pour tous ce qui n’était pas vraiment légal, afin de le faire un peu à l’écart. Il ne savait que trop bien qu’il avait les flics sur le dos, cherchant à le coincer à la moindre occasion. Il l’attendit patiemment, un verre à la main et quand elle arriva, le jeune homme afficha un grand sourire.

« Ah, te voilà. Je me demandais si tu allais oser venir. »
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Une dette, une plaie et le feu ne doivent pas s'éterniser. (Raphaëlle) 17022201284411071514866885
Raphaëlle O. Miller
Messages : 48

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: Une dette, une plaie et le feu ne doivent pas s'éterniser. (Raphaëlle)   Une dette, une plaie et le feu ne doivent pas s'éterniser. (Raphaëlle) Clock10Jeu 23 Aoû - 19:49

Je n’ai pas l’habitude d’être à la masse. Que ce soit dans mes affaires, arriver en retard à mes rendez-vous ou simplement me laisser noyer sous les tracas de la vie quotidienne. C’est pourquoi je vis ma dépendance légèrement mal, si vous voyez ce que je veux dire. Cela n’aide pas que mes rentrées d’argent ont été plus que instables récemment, d’une part parce que je ne gagne pas d’argent, plus maintenant et d’autre part, parce que je ne prends pas l’argent des personnes que je tabasse la nuit pour faire ma justice.

Heureusement que ma retraite est passée récemment, ce qui explique pourquoi je me retrouve avec un peu d’argent entre les mains. Mais soyons honnêtes : ma retraite militaire ne fera pas de moi une milliardaire. Une fois l’argent nécessaire à payer mon loyer ainsi que ce qu’il faut pour faire des courses et acheter le minimum social de côté, il me reste suffisamment pour pouvoir rembourser mes dettes envers Styles. Je voulais le faire avant, puisque je déteste devoir quelque chose à quelqu’un. Mais disons que ma dette est plus importante que ce que je pensais et qu’il m’a fallut un peu de temps pour réunir l’argent.

Et en passant la porte de cette boîte de nuit, je n’ai pas l’intention de me laisser piéger de nouveau. Le videur me laisse entrer et plusieurs clients à l’intérieur me sifflent. Pourtant, je ne porte que des vêtements simples, un jean serré, un débardeur et une veste en jean. La seule raison pour laquelle j’ai des talons, c’est parce que j’ai réussi à trouver des bottes suffisamment larges pour accommoder ma prothèse. Après avoir ignoré les gars qui m’ont sifflée, je me dirige vers une porte. « Je suis là pour voir le patron » j’annonce à l’homme posté devant la porte. « Business » j’ajoute. Il hoche la tête et s’écarte et je n’attends pas plus longtemps pour m’avancer dans le salon privé de Styles, laissant la porte se refermer derrière moi.

« Tu me connais Styles » je commence en m’asseyant en face de lui, pas trop loin, mais pas trop proche non plus. « Je n’aime pas devoir de l’argent aux gens. » Sans plus attendre, je sors une liasse de billets de l’intérieur de ma veste et la dépose sur la table basse la plus proche, à portée de Styles. « Le voilà ton argent. Désolée pour le retard. Les choses se sont… compliquées. » Ce n’est pas génial comme excuse, mais je ne suis pas prête à en dévoiler plus.

code by sixty


_________________

I won't just survive Oh you will see me thrive Can write my story I'm beyond the archetype I won't just conform No matter how you shake my core 'Cause my roots they run deep Oh you have so little faith Don't doubt it Don't doubt it Victory is in my veins I know it I know it And I will not negotiate I'll fight it I'll fight it I will transform
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Une dette, une plaie et le feu ne doivent pas s'éterniser. (Raphaëlle) 17022201314711071514866910
David Styles
chef
Messages : 310

MessageSujet: Re: Une dette, une plaie et le feu ne doivent pas s'éterniser. (Raphaëlle)   Une dette, une plaie et le feu ne doivent pas s'éterniser. (Raphaëlle) Clock10Mer 31 Oct - 12:31

Une dette, une plaie et le feu ne doivent pas s'éterniser.
Quand Raphaëlle Miller affirma que David la connaissait, qu’elle n’aimait pas devoir de l’argent aux gens, le jeune homme fut quand même tenté de la contredire, parce que concrètement on ne pouvait pas réellement dire qu’il la connaissait bien. Oh, il en savait suffisamment pour savoir qu’elle avait des soucis la poussant à avoir une consommation de cachet qu’elle ne devrait pas avoir normalement, mais quand il était question d’argent David ne pouvait être sûr de rien. Raphaëlle lui avait toujours remboursé ce qu’elle lui devait, ce n’était pas pour rien que le jeune homme continuait de faire affaire avec elle. Ce retard n’était pas incroyable (David n’avait pas dû envoyer des hommes de main pour menacer la jeune femme, c’était bien la preuve que son retard était raisonnable), mais quand il était question d’argent, de drogue, les choses pouvaient rapidement déraper. Il en savait quelque chose, après tout, il en voyait à longueur de temps.

Elle sorti de sa veste un paquet de billet, qu’elle posa sur la table. David s’approcha pour les ramasser, comptant rapidement le paquet. Il y avait le compte, mais en réalité, il ne doutait pas réellement de ce détail, Raphaëlle n’avait dans tous les cas pas l’intérêt de le berner et pas si directement, mais surtout il savait qu’elle était quand même du genre droite. Elle s’excusa du retard, affirmant que les choses s’étaient… compliqués. L’excuse n’était pas dingue quand même, il ne fallait pas exagérer. Elle aurait pu trouver bien mieux et d’ailleurs, David ne pouvait pas nier qu’il était quand même curieux. Est-ce que ça allait changer quelque chose qu’il sache pourquoi elle avait du retard ? Non, clairement pas, ça ne le regardait pas vraiment. Mais il n’avait pas pour autant envie de voir sa petite « protégé » s’éloigner de trop, prendre conscience qu’elle ne pouvait pas forcement arriver à suivre. Non pas que David ait forcément besoin de l’argent de la jeune femme, mais c’était toujours un plaisir de faire des affaire quand même.

« Compliqué ? »
David afficha un sourire, portant son verre à ses lèvres (parce que toute bonne affaire se faisait avec de l’alcool). « Tu n’as pas trouvé mieux ? »

Il parlait légèrement, avec un ton assez sympathique, puisqu’il n’avait clairement aucune raison de ne pas parler sympathiquement à la jeune femme. Tant que leur relation était cordiale et qu’ils s’en sortaient niveau remboursement de dette, ça irait clairement.

« Tu sais, si tu veux que je te rende encore service, il faudra que tu m’en dises un peu plus quand même. »

Parce qu’ils n’allaient pas s’arrêter là, on était bien d’accord. David était sûr qu’elle aurait encore besoin de son aide, ils avaient tous besoin de son aide.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Une dette, une plaie et le feu ne doivent pas s'éterniser. (Raphaëlle) 17022201284411071514866885
Raphaëlle O. Miller
Messages : 48

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: Une dette, une plaie et le feu ne doivent pas s'éterniser. (Raphaëlle)   Une dette, une plaie et le feu ne doivent pas s'éterniser. (Raphaëlle) Clock10Dim 6 Jan - 22:47

La seule chose qui me trahit, qui indique un tant soit peu ma nervosité est le léger tic au niveau de mes lèvres, un plissement d’une infime seconde qui est uniquement percevable par quelqu’un d’entrainé et qui a l’œil, un micro dérapage qui annonce que je n’ai absolument pas envie d’en dévoiler à Styles. Moins il en connaît sur moi, mieux c’est. Et jusque-là, ça n’avait pas posé de problèmes, mais les choses semblent avoir tournées. Et même s’il n’y a pas de menace directe dans sa voix ni dans son langage corporel, je sais que c’est à mon tour d’en dévoiler un peu plus si je veux que notre… collaboration ne s’arrête pas là.

Un simple regard vers la porte et les personnes montant la garde m’indique que ce ne sera pas une sortie propre si les choses tournent mal, voir même qu’il n’y aura pas de sortie du tout. Je sais que Styles pourrait clairement se permettre de ne plus se faire payer, que je ne suis qu’un petit poisson à l’échelle de tout le réseau qu’il contrôle, mais je ne suis justement pas suffisamment imposante et surtout menaçante pour qu’il ait besoin de se débarrasser de moi. Alors j’ose espérer que si je me la joue finement, nous n’en viendrons pas aux armes.

Je le regarde prendre une gorgée de son verre, en demande un moi aussi et le laisse boire avant de reprendre, mes mains gantées croisées devant moi sur la table. « Tu sais que j’étais dans l’armée, Navy SEAL. » Simple constatation, il aurait même pu le vérifier sur Google. Mais à part que j’étais dans les Navy SEAL, c’est tout ce qu’on peut trouver. Avec un accès militaire ou gouvernemental, on peut apprendre que j’ai pris ma retraite à cause d’une blessure. Mais il faut vraiment avoir une autorisation spéciale pour apprendre quelle blessure exactement et comment ça s’est passé.

« La raison pour laquelle c’était compliqué de réunir cet argent était de faire en sorte que l’armée ne capte pas comment je le dépense ce fric. J’ai beau être à la retraite, des gens comme moi, qui ont pris leur retraite aussi soudainement, aussi violemment, on garde un œil sur eux. » Je soulève alors mon verre de whisky, observant la robe ambrée du liquide à la lumière artificielle du plafond. « Et malgré toutes les thérapies du monde que j’ai essayées, les différentes méthodes et les médocs trop faibles qu’on me prescrit, la douleur est toujours là et c’est une vrai salope. »

Je retire alors mon gant gauche, le déposant sur la table et changeant mon verre de main, le métal de mes doigts se refermant autour de l’objet, ne sentant pas la fraicheur de la paroi fragile et lisse, ne sentant rien et ayant simplement conscience que je pourrais exploser ce verre dans ma main en un claquement de doigts si je serre trop fort. « Ma douleur est au sommet de l’échelle. Parce que j’ai carrément perdu un putain de bras durant ma dernière mission et que cette pute me le rappelle tous les jours. » Ce n’est qu’à ce moment-là que je bois une gorgée de whisky. « Voilà pourquoi c’est compliqué. »

code by sixty


_________________

I won't just survive Oh you will see me thrive Can write my story I'm beyond the archetype I won't just conform No matter how you shake my core 'Cause my roots they run deep Oh you have so little faith Don't doubt it Don't doubt it Victory is in my veins I know it I know it And I will not negotiate I'll fight it I'll fight it I will transform
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Une dette, une plaie et le feu ne doivent pas s'éterniser. (Raphaëlle) 17022201314711071514866910
David Styles
chef
Messages : 310

MessageSujet: Re: Une dette, une plaie et le feu ne doivent pas s'éterniser. (Raphaëlle)   Une dette, une plaie et le feu ne doivent pas s'éterniser. (Raphaëlle) Clock10Lun 18 Mar - 8:33

Une dette, une plaie et le feu ne doivent pas s'éterniser.
David pouvait sans doute se contenter d’attraper l’argent de Raphaëlle et de ne pas en demander plus, mais non il était bien trop curieux pour avoir envie de se contenter de ça. Il ne savait pas grand-chose de l’histoire de cette fille, en dehors du fait qu’elle avait fait partie de l’armée et qu’elle avait brusquement pris sa retraite. Forcément, le jeune homme ne pouvait pas s’empêcher d se dire que les cachets qu’il lui vendait avaient un rapport avec le fait qu’elle avait quitté l’armée assez tôt. Alors… oui, il voulait savoir. Le jeune homme ne pouvait pas s’empêcher de se poser toujours mille questions. Même s’il n’était pas toujours sûr de pouvoir avoir des réponses, à ces questions.

Raphaëlle commanda également un verre et il attendit qu’elle reprenne la parole. Elle lui affirma qu’il savait qu’elle faisait partie de l’armée, c’était le cas. Ensuite ? Parce que forcément, c’était le ensuite qui l’intéressait dans tous les cas. Elle reprit en affirmant cette fois-ci que si elle avait mit du temps, si c’était compliqué, c’était qu’elle devait faire en sorte que les membres de l’armée ne découvre pas ce qu’elle était en train de faire de cet argent. Ce qu’il pouvait comprendre, en soit, il n’était pas spécialement étonné d’apprendre qu’on gardait un œil sur elle. Et donc, elle avait mal…

Mal, ça il s’en doutait, sinon elle ne ferait pas appel à ses services. Mais ça ne lui disait toujours pas comment. Finalement, elle retira son gant et David eu l’occasion de voir la main de métal de la jeune femme. C’était donc ça, elle avait perdu un bras. Soit, le jeune homme n’avait pas du tout l’intention de compatir. Il ne voyait vraiment pas en quoi il se retrouverait à compatir en même temps, il ne l’appréciait pas assez pour ça. Elle n’était qu’une cliente et si elle n’avait pas eu ces douleurs, elle n’aurait pas pris la peine de lui demander ses services. Alors il n’allait pas affirmer qu’il était triste pour elle.

« D’accord, tu as l’air d’avoir morflée. » Mais comme dit, le jeune homme n’avait pas l’intention de compatir au sort de la jeune femme. « Et je ne suis pas spécialement étonné d’apprendre que l’armée garde un œil sur toi, mais je ne vois pas pourquoi c’est si compliqué. » David jouait volontairement aux idiots dans le but de pousser un peu plus son interlocutrice à se confier. Parce qu’il avait envie qu’elle parle. « T’as du faire une sacrée boulette pour en arriver là. » Ou pas du tout, mais encore une fois le jeune homme faisait exprès de la pousser un peu à bout.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Une dette, une plaie et le feu ne doivent pas s'éterniser. (Raphaëlle) 17022201284411071514866885
Raphaëlle O. Miller
Messages : 48

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: Une dette, une plaie et le feu ne doivent pas s'éterniser. (Raphaëlle)   Une dette, une plaie et le feu ne doivent pas s'éterniser. (Raphaëlle) Clock10Mar 26 Mar - 15:43

Avant mon accident, j’aurais été frustrée d’entendre ce genre de commentaires et j’aurais probablement explosé ici et maintenant, lui faisant regretter d’avoir balancé ces mots aussi aisément et sans aucune réflexion. Mais aujourd’hui, quand on a vu ce que j’ai vu et senti ce que j’ai senti, il m’en faut plus que ça pour péter un câble. Et la seule réaction que j’ai à ses paroles c’est de serrer légèrement mon poing, comme pour faire passer toute ma frustration dans ce geste, afin de garder le contrôle.

Que Styles ne voit pas pourquoi c’est si compliqué ne fait que me prouver davantage que nous ne sommes absolument pas sur la même longueur d’ondes et qu’il se permet de me juger. Ce qui en soit n’est pas étonnant, je ne suis pas venue pour faire ami-ami avec mon dealer. Mais c’est particulièrement frustrant et il vient de descendre dans mon estime, me donnant encore plus envie d’arrêter notre petit marché plus tôt que tard.

Alors j’essaie de garder mon calme, passant en mode survie comme j’ai tellement l’habitude malheureusement de le faire et je recule légèrement dans mon siège en prenant une nouvelle gorgée de whiskey avant de remettre mon gant en place. « Si par sacrée boulette tu veux dire servir mon pays, dans ce cas oui. » Je marque un léger temps de silence. « J’étais en mission quand mon équipe a été embusquée et qu’une grenade m’a arraché le bras. » Cela ne sert à rien de le menacer, il ne comprendrait pas et je ne suis pas en position de faire ce genre de manipulation sans risquer beaucoup trop.

« Et l’armée me surveille parce que j’ai refusé de continuer mes services et que j’ai pris une retraite bien méritée. Et que des années de réhabilitation ne vont pas se faire toutes seules. » Pour l’instant, je n’en dis pas plus et Styles n’est certainement pas le genre de personne à qui j’aurai l’idée de me confier, même dans une situation particulièrement désespérée. Je ne cherche pas à m’en faire un ami, tout ce que je veux c’est le produit pour lequel je paie, point. Je suis déjà suivie par des professionnels et j’ai des conseils psychologiques et de vie jusqu’à en vomir.

Mais ça, bien entendu, il n’a pas à le savoir et il n’est pas con. Il sait que notre relation est purement une question d’affaire et non pas une histoire d’amour. Il y a simplement des choses à ne pas mélanger et ma simple présence en ces lieux prouvent que je suis désespérée. Après, toujours est-il de savoir combien de temps je vais le rester et pendant combien de semaines encore j’aurai besoin de ce que Styles me propose…

code by sixty


_________________

I won't just survive Oh you will see me thrive Can write my story I'm beyond the archetype I won't just conform No matter how you shake my core 'Cause my roots they run deep Oh you have so little faith Don't doubt it Don't doubt it Victory is in my veins I know it I know it And I will not negotiate I'll fight it I'll fight it I will transform
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Une dette, une plaie et le feu ne doivent pas s'éterniser. (Raphaëlle)   Une dette, une plaie et le feu ne doivent pas s'éterniser. (Raphaëlle) Clock10

Revenir en haut Aller en bas
 

Une dette, une plaie et le feu ne doivent pas s'éterniser. (Raphaëlle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» J'ai payé ma dette à la société
» LA ONZIEME PLAIE de Aurélien Molas
» [Bard, Patrick] La quatrième plaie
» "la crise actuelle est née en 1971"
» Albert Londres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Infinity :: New York City :: Brooklyn :: Night's Demons :: La boite de nuit-